RCCCinfo

RCCC - Régiment Colonial de Chasseurs de Chars

RCCC _ 2° Séjour

Le RICM fut le dernier Régiment constitué à quitter l’Indochine, quelques 3 semaines après le 2° REC. Embarqués (avec armes et bagages) à Saïgon le 9 avril 1956 à bord du Skaubryn, nous débarquons le 30 avril à Oran pour participer le 3 mai à notre première opération dans le secteur de Tlemcen, après perception des dotations de munitions individuelles. 

Etant parmi les plus anciens en séjour, je bénéficie dès le 6 juin d’un Congé de Fin de Campagne de 3 mois et débarque par avion le même jour à Marseille.

Affecté au RCCC à/c du 1.08.1956, je suis rappelé par message et rejoins le Corps le 27 août à Bouinan, en Mitidja. Il fait partie de la 7° Division Mécanique Rapide (7° DMR) du Gal. HUET et procède alors à un changement de couleur radical de ses matériels, passant du « vert armée » au « jaune sable » et couronnés en chef d’un grand H blanc de reconnaissance aérienne (H pour Hamilcar, nom code de l’opération qui se prépare). A sa tête, le Colonel MAUREL (Pour tous ses gars, le P’tit Louis). Je suis affecté au 2° Escadron du CNE VALLIN. Les TD M 10 ont été remplacés par des AMX 13 et un peloton est armé de missiles antichars SS 11. Le Lieutenant en premier est le LTN CAZENEUVE. Je me retrouve au 3° Peloton aux ordres d’un Sgt. Chef. Nous logeons dans une ferme viticole à 2 km du village et faisons la route à pied matin et soir (ramassant les escargots dans les vignes le long du chemin). J’ai hérité du groupe de protection sur Jeep.

Lorsque tous les véhicules sont camouflés aux couleurs des sables d’Egypte, le Service du Matériel ne pas manque de venir faire sa dernière inspection (Cf. Photo) avant le départ. Puis les matériels embarquent sur des ‘steamers ships’ et le 5 novembre 1956, tout le RCCC embarque à bord du SS ‘Ville de Marseille’ réquisitionné. Il a déjà embarqué toute une unité de l’ALAT à forte densité de S/Officiers et quelques éléments disparates. Brève escale à Bizerte (tout le monde sous les ponts, discrétion oblige) pour un problème mécanique, puis c’est la rade de Port Saïd. Il y a là plusieurs navires de la Marine nationale (dont le Montcalm) et davantage encore de la Royale Navy britannique. Et une quantité faramineuse de transporteurs en tous genres ; j’arriverai à dénombrer un total de 126 bateaux à la jumelle (dont la Ville de Marseille). Il faut reconnaître que c’est impressionnant… L’exercice 700 de l’Opération Hamilcar, c’est du sérieux. Je ne manque pas de penser à l’épisode d’Alexandrie dans le cadre de l’Opération Catapult du 3 juillet 1940 (Mers el Kébir), lorsque les équipages des Tourville, Suffren et Dugay-Trouin faillirent affronter le Warspite et le porte-avions Eagle de l’Amiral Cunningham en exécution de l’Ordre du Jour de l’Amiral Darlan : « … Défense de vous laisser couler sans combattre. Rendez œil pour œil ! … ». Ici, les rapports sont plus cordiaux, encore que … dès la tombée de la nuit, les ordres sont « Black out complet », or, à bord de la Ville, le bar ne désemplit pas, les musiciens amateurs s’en donnent à cœur joie sous les lampions et l’éclairage a giorno ! Les vedettes des MP anglais se succèdent sous les bastingages : « Missious les Flanchay ! Etouaignyai lé loumiaies ! ». Je vous laisse deviner les réponses qui fusent.

Les jours passent. Au cours des premiers, nos missions nous ont été communiquées lors de briefings très professionnels, type US. Notre escadron doit être engagé sur la rive Est du canal. Avec l’ensemble des groupes portés, nous devons éclairer sur El Quantara, limite du premier bond. Mais nous n’en viendrons jamais là. Ce que nous ignorons, c’est que depuis le 29 octobre, les Paras d’Arik Sharon ont sauté dans le Sinaï pour s’emparer du col de Mitla près de Suez, tandis que dès le 4 novembre, la 9° Brigade d’Infanterie israélienne atteignait Sharm el-Sheikh (Cf. Moshe Dayan, Story of my Life, William Morrow and Company, Inc. New York – 1976 – P.236 et suiv.). Cependant, la France et l’Angleterre ne commencèrent leur bombardement des bases aériennes égyptiennes que le 31 octobre à 17.00 h., soit avec 12 heures de retard sur le planning arrêté.

Israël n’ayant pas répondu au message du Président Eisenhower demandant le retrait de ses forces, Henry Cabot Lodge exigea une réunion immédiate du Conseil de Sécurité de l’ONU tandis que l’Union Soviétique protestait vigoureusement contre l’attaque de leur amie l’Egypte, armée par elle et utilisant des pilotes polonais et tchèques pour les Iliouchine et les Mig qu’elle leur vendait.  

Sans considération de ces faits, Israël poursuivait son raid dans le Sinaï et s’emparait de Sharm el’Sheikh le 5 novembre au matin, mettant un terme au blocage du détroit de Tiran sur le Golfe d’Aquaba, alors que Gamal el Nasser avait fait couler deux vaisseaux dans le canal dès le 2 novembre. Compte tenu des troubles en Hongrie, les menaces de Boulganine aux forces dites alliées : France, Angleterre et Israël, n’arrivèrent que 12 heures plus tard, dans la nuit du 5.11.1956. En d’autres termes, tout était consommé lorsque nous embarquions, même si les paras anglais avaient sauté sur le terrain d’aviation de Port Saïd dans la soirée du 5 alors que ceux du bataillon français sautaient simultanément pour s’emparer des ponts reliant le port et la ville à la terre ferme.

C’est ainsi que sans débarquer, nous repartîmes sur Alger, non sans s’arrêter à La Valette pour refaire les pleins : les ‘Villes’ de Marseille, d’Alger et d’Oran de la CGM, conçues pour transiter en 48 h. entre ces principales villes des départements français, n’étaient pas aménagées pour des transports ‘à plein’ à long terme, de sorte qu’il n’y avait plus rien à manger à bord (heureusement que la Méditerranée commença à bouger, de sorte que les tables étaient largement dégarnies). Entre coloniaux, je confesserais encore que dans les bars, la seule boisson alcoolisée encore disponible était le ‘Pippermint’, la liqueur de menthe. Nous rentrâmes à Alger le 16 novembre.

A vaincre sans péril, … L’Histoire des années suivantes le prouvera une fois encore.

De retour en Mitidja, les cantonnements ont été redistribués. Le 2° AMX se trouve maintenant dans la ferme ‘Moulin Gesta’, au Sud de Boufarik, sur un oued d’une vallée s’enfonçant dans les contreforts du Massif Blidéen, dominée par les cimes enneigées de la station alpine de Chréa. Les chars et autres véhicules sont stockés courte-durée et nous chaussons les pataugas. Malgré les apparences (Cf. Photo Popote) l’hiver s’annonce particulièrement froid. En ‘Réserve Générale’, nous intervenons à la demande sur l’ensemble du secteur. Le 2° Bureau du Régiment participera grandement à empêcher la nouvelle Gendarmerie de Boufarik de sauter le soir de Noël 1956, dispositif de piégeage mis en place par les ouvriers l’ayant construite. C’est ainsi aussi qu’une manœuvre d’envergure nous conduira en février 1957 à travers les gorges de la Chiffa vers Berroughia et les hauts plateaux au Sud de Boghar – Boghari, sur l’Oued Cheliff (Cf. Photos). Contrôles de routine. 

Le départ des rappelés bat son plein et les unités reconstituées manquent d’encadrement. La Coloniale est mise à contribution et le RCCC n’échappe pas à la règle. Le 14 mars, les ‘sélectionnés’ sont dirigés sur la BM d’Alger et le 16, nous sommes près d’une trentaine de Sous-officiers de tous grades à nous présenter au PC du 131° RI à Teniet el Haad.

Ceci terminera ma carrière dans les Blindés Coloniaux.  

Vues : 214

Commentaire de DALAT (Administrateur) le 22 mars 2013 à 14:13

Merci pour ces réçits passionants qui comblent un pan immense de l'histoire du RCCC

Cordialement

Dalat (administrateur du site)

Commenter

Vous devez être membre de RCCCinfo pour ajouter des commentaires !

Rejoindre RCCCinfo

Remarques

USAGE DES COMMENTAIRES SUR RCCCInfo

Les Membres de RCCCInfo disposent de la possibilité de laisser des commentaires sur les documents et informations mis à disposition par les autres Membres. Ces commentaires doivent dans la mesure du possible apporter une valeur ajoutée, c'est à dire, un complément d'information ou une rectification lorsqu'une information est inexacte. En outre, ces commentaires doivent…

Continuer

Créée par DALAT (Administrateur) 22 avr. 2009 at 14:26. Dernière mise à jour par : DALAT (Administrateur) 4 févr. 2019.

RECHERCHER DES INFORMATIONS SUR RCCCInfo

Pour rechercher des informations sur RCCCInfo nous conseillons de taper un mot clef dans la case blanche en haut à droite du site (à côté de la petite loupe). Exemple: "biographie" ; vous aurez alors accès à l'ensemble des biographies publiées sur le site. Une autre fonctionnalité pratique consiste aussi à cliquer sur les balises lorsque celles-ci… Continuer

Créée par DALAT (Administrateur) 22 avr. 2009 at 14:14. Dernière mise à jour par : DALAT (Administrateur) 8 oct. 2009.

Statistiques des nouveaux visiteurs sur RCCCInfo

Echantillon de statistiques concernant les nouveaux visiteurs absolus sur le site RCCCInfo couvrant la période mars-avril 2009. Continuer

Créée par DALAT (Administrateur) 1 mars 2009 at 23:14. Dernière mise à jour par : DALAT (Administrateur) 8 oct. 2009.

Musique

Paused...
  • 1.
    Marche du RCCC chantée par des Anciens du 3eme Escadron en 1984

Badge

Chargement en cours…

© 2021   Créé par DALAT (Administrateur).   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation